The Ticking Time Bomb of Youth Unemployment in Ghana and Africa

**Regardez ci-dessous pour la version française de cet article**

No matter who we are, where we live, how good we might feel, we all face situations that cause us to fear. For young people Africa, a systemic lack of decent jobs is one of these situations. Without the prospect of a job, it is hard for us to face the future with hope and certainty. In Ghana, as in other African countries, young people are the victims of increasing struggles between political parties that are characterized by greediness, the promotion of personal agendas, and denying ordinary citizens what is due to them.

Recently, we witnessed some groups of young people, calling themselves the Unemployed Graduates Association of Ghana and young members of the New Patriotic Party and the National Democratic Congress emerging from different parts of the country, breaking the law with impunity and forcefully occupying public toilets, lorry parks and toll boots to protest the lack of available jobs. The current level of joblessness among our young men and women is pushing them to face the future with fear and trembling. It is because of this desperation, that they resort to this unlawful, unthinkable and unaccepted behavior.

Probably the previous and current African governments are wearing different goggles from mine, and therefore they do not see the fact that, youth unemployment and underemployment has become an endemic economic, socio-political and national security issue. A ticking time bomb, which must not be grossed over. Fear and its potency has made it possible for our churches in Ghana to be filled with young men and women seeking the solace of divine intervention to make life worth living in this country. Churches in other African countries have also taken advantage of this to now turn to commercial entities that prophesize and pray for young people to get jobs.

Educated young people are faced with the dilemma of how to recoup the money they spent on their education, as there are no jobs. This in turn discourages many who are yet to further their education. The saddest of all is that the few who do get employment, usually end up being employed in the public sector. There they are faced with poor conditions of services, salary denial and other issues.

Probably African governments, since gaining independence, are with different eyes and ears and therefore are not aware of the public knowledge that, youth unemployment is on the rise, and requires attention before worse happens. Soon after winning power, they seem to forget their campaign promises to prioritize investing in young people.

Meanwhile one of the prime motivational factors that pushes us young people to vote and change governments, is to get protection against the fear of being caught up in the cycle of abject poverty which is a product of joblessness. Do we really understand the problems associated with unemployment and it’s far reaching implications in this country and beyond? We need to understand that the cream of our youth and the mass majority of them are able-bodied but unskilled, and so joblessness, hopelessness, frustration and fear of wasting their economic life sometimes get them alienated to the degree where some of them are prepared to jump into the band wagon of armed robbery.

The point is that, employment in Africa cannot be realized as long as the actions and inactions of African leaders, current economic trends in Africa, and the absence of youth employment plans and policies continue to keep tens of thousands of our young people without jobs.

DEVELOPMENT OF YOUTH EMPLOYMENT POLICIES

I believe that Ghanaian and African young people need to undergo a revolution. A revolution of rising up to be actively involved in governance. Ghana is tired of being governed by political party ideologies. Governments are mostly guided by their political party manifesto which they even end up not fulfilling. Therefore, I want to recommend a national manifesto instead. There should be a national ideology to steer the affairs of the nation rather than Political party manifesto. I will recommend the development of a national policy that will encompass every aspect of livelihood of Ghanaians. A policy that shall be opened to the scrutiny of all Ghanaians, and thereafter be adopted for operation within a period specified by such policies.

In conclusion, the government should know that one area of national life that is hampering growth is ill state of our physical infrastructure. It is an area of potential job creation for young people. We can improve our infrastructure through labor intensive youth programs like the NYEP which can create enormous numbers of jobs. Special preference must be paid to improving energy and water supply, irrigation systems as well as road network in the rural areas to create jobs.

Social benefit programs like building of community centers, rural schools, health centers can also create jobs for unemployed young people. Vocational training, attachment programs, entrepreneurship could be intensified as part of our educational curriculum to prepare young people for jobs. Serious efforts must be made to introduce intensive work programs whilst improving the business environment to stimulate economic growth. The private sector must be encouraged to support the existing induction program in addition to apprenticeship programs, by government giving incentives to private and public corporate organizations that are business ready to employ young people. In the urban areas, the government can promote labor intensive and infrastructure developments, for youth groups, for example, to plant green grasses along all our streets to cover dust that we inhale everyday as we walk or travel along our roads and streets in this country.

Also good governance which includes greater level of transparency is a precondition for attracting investments. Anti-corruption campaign of the government must move from its rhetoric and hypocritical stage to more serious business of the current administration. Thus far, we need to improve upon our business environment by modernizing the way we do business, investing in infrastructure and public work, involving the private sector to support vocational training and attachment programs and stop politicking everything of our national life, work harder in the interest of the nation by creating more job opportunities to give hope and decent living to our teaming unemployed people.

Emmanuel Nsobila is a Banker, Youth Policy Advocate and a Politician with the Progressive Peoples Party of Ghana, he holds a Bachelor of Technology, Accounting with Computing from Kumasi Technical University, and is currently studying with the Think Tank Management at the Atlas Network (USA). He has a wealth of experience in youth and political work in Ghana and has also worked as a Youth Policy Researcher with Voices of Youth GH that is drafting the “People’s National Youth Policy”, a framework for youth development in Ghana. His ultimate mission is to promote good governance, Liberal democracy and apply free market solutions to intricate domestic social problems in Ghana and Africa as a Whole. If you want to chat, or have any questions, feel free to tweet me @ensobila or contact me through my blog.

**version française**

Le chômage des jeunes au Ghana et en Afrique : une bombe à retardement

Peu importe qui nous sommes, où nous vivons, comment nous pouvons nous sentir, nous faisons tous face à des situations angoissantes. Pour la jeunesse africaine, le manque systématique de jobs décents est l’une de ces situations. Sans la perspective d’un emploi, c’est difficile pour nous d’envisager le futur avec espoir et certitude. Au Ghana, comme dans d’autres pays africains, les jeunes sont de plus en plus victimes des luttes entre les partis politiques, caractérisés par leur cupidité et les ambitions égoïstes de chacun, niant ainsi ce qui est dû aux citoyens ordinaires.

On fait face actuellement à des groupes de jeunes, s’appelant « Unemployed Graduates Association of Ghana » et les jeunes membres du « New Patriotic Party » et du « National Democratic Congress », émergeant dans différentes régions du pays, violant impunément les lois, occupant de force les toilettes publiques, places de parking pour camions, et les péages pour protester contre le chômage des jeunes. Son taux actuel parmi les hommes et les femmes les poussent à envisager le futur avec crainte. C’est à cause de ce désespoir qu’ils ont recours à ces comportements illégaux.

Peut-être que les gouvernements africains, anciens et actuels, ont une vision de la chose différente de la mienne. Par conséquent ils ne voient pas le fait que le taux de chômage des jeunes et les emplois précaires sont devenus un problème économique, socio-politique endémique, ainsi qu’un problème de sécurité nationale. Une bombe à retardement, qui ne doit pas provoquer davantage. La force de cette crainte a permis aux églises du pays d’être remplis d’hommes et femmes à la recherche d’une intervention divine réconfortante. Et ce, dans le but de rendre leur vie au Ghana digne d’être vécue. Les églises d’autres pays africains ont aussi profité de cette crainte pour devenir des commerces. Elles prophétisent et prient afin que les jeunes aient un emploi.

Les jeunes diplômés sont confrontés au dilemme de savoir comment récupérer l’argent qu’ils ont dépensé pour leur éducation, tout simplement parce qu’il n’y a pas d’emplois. Cela en décourage d’autres de poursuivre des études. Le plus triste est que ceux qui réussissent à en décrocher un finissent généralement par être fonctionnaires. Et là ils font face à de mauvaises conditions de travail, de salaires impayés et encore d’autres problèmes.

Depuis l’indépendance, peut-être que les dirigeants africains ont des œillères alors qu’il est de notoriété publique que le chômage des jeunes est à la hausse. Cela nécessite une attention particulière avant que cela s’aggrave. Juste après leur prise de pouvoir, ils semblent oublier leurs promesses de campagne, dont certaines était de faire des jeunes une priorité.

Pendant ce temps l’un des facteurs principaux qui pousse les jeunes à voter et provoquer l’alternance est d’obtenir la protection contre le cercle vicieux d’emplois précaires causant la pauvreté, et ainsi de suite. Est-ce que nous comprenons vraiment les problèmes liés au chômage et ses implications dans le pays, voire même le continent ? On doit comprendre que les meilleurs de nos jeunes sont capables de beaucoup de choses, mais qu’ils ne sont pas diplômés, donc au chômage. Désespérés, frustrés et la peur de gâcher leur vie professionnelle les rend parfois aliénés, au point que certains grossissent les rangs des criminels.

Les emplois en Afrique ne peuvent pas être crées tant que les actions, et inactions, des dirigeants, les tendances actuelles de l’économie, l’absence de politiques publiques en la matière et de plans d’action continuent de garder des milliers de nos jeunes au chômage.

DEVELOPPEMENT DES POLITIQUES D’EMPLOIS POUR LES JEUNES

Je pense que les jeunes Ghanéens et Africains doivent passer par une révolution. Une révolte pour être activement impliqués dans la gouvernance de leur pays. Le Ghana est fatigué d’être gouverné par les idéologies des partis politiques. Les gouvernements sont en effet majoritairement guidés par le manifeste de leur parti, manifeste qu’ils n’arrivent même pas à respecter. Par conséquent, à la place de cela, je recommande un manifeste national. Il devrait y avoir une idéologie nationale pour diriger les affaires de la Nation plutôt qu’un manifeste de parti. J’appelle au développement d’une politique nationale qui englobera chaque aspect de la vie de la population. Une politique qui sera ouverte à l’examen minutieux de tous les Ghanéens, et ensuite être adoptée dans une période indiquée pour de telles politiques.

Pour conclure, le gouvernement devrait savoir qu’un domaine de la vie nationale entrave la croissance déjà malade de nos infrastructures. C’est une zone potentiellement créatrice d’emplois pour les jeunes. On peut améliorer nos infrastructures à travers des programmes pour jeunes et à forte intensité de main d’œuvre, comme le NYEP  pouvant créer de très nombreux emplois. Pour ce faire, une préférence particulière doit être accordée à l’amélioration de l’énergie et l’approvisionnement en eau, les systèmes d’irrigation, ainsi que le réseau routier dans les zones rurales.

Des programmes de prestations sociales comme la construction de foyers municipaux, des écoles en zone rurale, des centres médico-sociaux peuvent également créer des emplois pour les jeunes. La formation professionnelle, des programmes d’insertion et l’entreprenariat pourraient être intensifiés lors du parcours scolaire pour préparer au mieux les jeunes au marché de l’emploi. Des efforts sérieux doivent être faits pour présenter des programmes de travail intensifs, et ce, tout en améliorant l’attractivité commerciale afin de stimuler la croissance économique. Le secteur privé doit être encouragé à soutenir le programme d’induction en plus de l’apprentissage. Cela doit être fait par le gouvernement en donnant des primes généreuses à ceux qui s’y attèleraient. Dans les zones urbaines le gouvernement peut promouvoir, par exemple, des centres de développements pour les jeunes, ainsi que les industries à forte intensité de main d’œuvre.

                Par ailleurs une bonne gouvernance inclut également une plus grande transparence, c’est une condition pour attirer des investissements extérieurs. La campagne anti-corruption du gouvernement doit arrêter d’être seulement théorique et hypocrite pour s’atteler vers des actions plus sérieuses. Jusqu’à présent nous devons améliorer notre attractivité commerciale en modernisant notre façon de faire du commerce, en investissant dans des infrastructures et services publics, en impliquant le secteur privé pour soutenir la formation professionnelle et l’insertion, et en arrêtant de faire de la politique politicienne sur tous les aspects de notre vie quotidienne. Enfin il faudrait travailler plus dur dans l’intérêt de la Nation en créant plus d’opportunités d’emplois pour donner de l’espoir et une vie décente à nos concitoyens sans emploi.

One comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *