Get up, Stand up Europe, Stand up for Union – Jeunes Radicaux de Gauche

Voir ci-dessous pour la version française de cet article. – See below for the French version of this article.

We, the children of the European Union, founded in a desire for peace. We, the youth of the Erasmus generation, unhindered to travel to our neighbours, to meet them and to get know them better. We, young Europeans, are worried about the future of the European project. With the Schengen area questioned, populisms rising, the impossibility to agree on the welcoming of the refugees and in the face of other challenges, we call on all pro-Europeans, and more particularly the federalists, to meet to propose a new project for Europe: a democratic, united and federal Europe.

Getting back to a Europe of borders

These last months have seen the reappearance of border controls between numerous countries, including France, Germany, Belgium, Denmark, Sweden, and Austria. Six countries decided to extend these controls at least until the end of the year. If the legal regime of the Schengen area plans a possible return of permanent border controls, this leaves us with a bitter feeling: the feeling that Europe lost any ambition, of a Union which does not find solutions other than confinement. The recovery of the controls bows to terrorism and to the refugee crisis. It echoes the identitarian closure of various European peoples, and rings as a confession of failure of progressive strengths.

Nevertheless, the Schengen area is essential for the lives of all Europeans. It brings considerable economic advantages through the free movement of goods and people. Trade between Schengen countries is 15 % higher than with countries outside this area. Let us take two examples. In France, 110 million tourists come every year for very short stays. The total restoring of border controls would result in a loss of 10 to 15% of this kind of tourism. Transport companies would also be widely impacted, with an economic loss of 150 to 200 million euros being predicted, because of the extension of waiting time at the borders. Other sectors would be affected and the accumulation would lead to economic consequences which would cause unprecedented social difficulties.

But let us make no mistake: the questioning of Schengen is also, and above all, the questioning of our values. It is our freedom that we sacrifice, and through that the meetings between European peoples it facilitates. It is this utopia realized by a unique space where the internal borders disappear for the benefit of a common fate which could be definitively buried. We constantly face forms of violence (terrorist, social, economic). Safety has to be created in balance with freedom. They are the foundations of a respectful democracy of the peoples of Europe, and of every individual. By guaranteeing both, we shall work in the collective interest.

An insoluble refugee crisis, grounded in national selfishness

Over the last few years, a war has been taking place on our borders, which germinated between the partisans of freedom and human rights in Syria, and those who failed to install a democratic regime in their country – against those whom we did not know how to help when there was still time. Once the cycle of violence has begun, the European Union should have planned the influx of new refugees. The economic difficulties of Africa, where the fruits of the continent’s resources are often not at the disposal of its populations, also induced an exodus, in which European countries also have their share of responsibility. But rather than prepare for these surges of migration, to act to contain them and regulate them, the European Union preferred to close its eyes and to wait for the worst. And the worst came, in the form of the Syrian refugees who pile up on our borders, in camps where they don’t have a future, in the form of thousands of castaways dying in the Mediterranean Sea.

But while facing the worst, we do not have to remain motionless and choose the worst solutions. We know that the refugees do not increase public spending, but bring capital gain for host countries, provided that their integration is organised properly. Rather than to build walls the costs of which are extremely important, we should implement real voluntarist policies of welcome, which are real investments in the future. Besides, the renunciation of our values is total because European countries, in particular France, forget the Geneva Convention obliging the welcome of every person forced to move to escape grave and certain threats.

Europe chose confinement, the abandonment of the refugees in the camps of countries which do not have the means to welcome them with dignity. This is what we think of the camp of Idomeni, situated in the North of Greece on the border with the Macedonia. The European Union has to first of all guarantee dignified conditions for the welcoming of migrants. Europe, 508 million people strong, can still welcome a few million refugees who had no other choice that to flee their country.

On March 18th of this year, twenty states formalized, on the occasion of a council on “special migrants”, a scandalous agreement with Turkey. Rather than to assume its role of earth’s refuge, the European countries subcontract the management of men and women, following the logic “for every Syrian expelled, one Syrian gets accepted”. Rather than to pay three billion euro to Turkey, we would have made better use of these funds by using them on our territory. While the Commission and the European Parliament proposed solutions which appealed to the solidarity of the member states of the E.U., these refused selfishly to implement the measures – which lay within their capabilities – that would allow them to solve the migratory question. A Europe of nation states is an obvious failure. It’s time to switch to a new, better integrated model.

The celebration of the nationalistic populism in democratic countries

And in addition to this crisis of intergovernmental Europe, there is the nervousness of governments facing an existential threat from extreme-right populism. Facing provocations which question the foundations of Europe, as written in the founding treaties, the European Union and its member states remain very shy. Certain members, which are happy to take advantage of the economic benefactions of the European Union, forget their obligations regarding personal freedoms and human rights. However, collective life always requires rights as well as obligations. If certain countries do not want to conform to it, it will be necessary to think maybe then to a narrow the Union, in order to move forward more widely in the integration of the national policies.

The European Union claims to be the bastion of Human Rights, democracy and humanism, but it does not manage to act in accordance with its aspirations. Nationalism, the anxiety to have to share one’s wealth with those more ill-fated than us, the fear of “the other one”, all these elements prevent Europe from becoming what it could be: a space of solidarity.

The European Union embodies the desire for more humanism and more solidarity, with the aim of pacifying the European continent. Jean Monnet spoke about the necessary determination in the fulfilment of the European project. Where is our wish to make Europe federal which Victor Hugo evoked by the expression the “United States of Europe “?

Our ideal is ceaselessly affected and the only viable answer to us is more liberties and more solidarity. The unique answer is federal Europe. Otherwise, populism, obscurantism and selfish retreat will govern.

This article was written by, Morgane GOUDJIL, Kenza EL HADJ SAID, Yanis MALLION and Géraldine GUILPAIN of Jeunes Radicaux de Gauche standupforunion.eu

— French version —

Debout Europe, soulève-toi pour l’Union

Nous, enfants de l’Union Européenne, de la paix voulue par ses pères fondateurs, jeunes de la génération Erasmus, des voyages sans entraves vers nos voisins pour mieux les connaitre et les rencontrer, nous, jeunes européens, sommes inquiets pour l’avenir du projet européen. Espace Schengen remis en question, montée des populismes, impossibilité de s’accorder sur l’accueil des réfugiés, et face à d’autres défis, nous appelons l’ensemble des pro-européens, et plus particulièrement des fédéralistes à se réunir pour proposer un nouveau projet pour l’Europe, une Europe démocratique, solidaire et fédérale.

Une Europe des frontières qui se reconstruit

Ces derniers mois ont vu la réapparition de contrôles aux frontières intérieures dans de nombreux pays : France, Allemagne, Belgique, Danemark, Suède, Autriche. Six pays favorables à la prolongation de ces contrôles au moins jusqu’à la fin de l’année. Si le régime juridique de l’espace Schengen prévoit un retour possible aux contrôles frontaliers, cette politique nous laisse un sentiment amer : le sentiment d’une Europe qui a perdu toute ambition, d’une Union qui ne trouve pas d’autres solutions que l’enfermement. Le rétablissement des contrôles lié au terrorisme et à la crise des réfugiés fait écho aux replis identitaires des différents peuples européens et sonne comme un aveu d’échec des forces progressistes.

Pourtant, l’espace Schengen est essentiel pour la vie de tous les européens. Il apporte des avantages économiques considérables par la liberté de circulation des biens et des personnes. Ainsi, les pays de l’espace Schengen échangent ensemble 15% de plus qu’avec les pays hors de cet espace. Prenons deux exemples. On compte en France 110 Millions de touristes qui viennent chaque année pour de très courts séjours. Le rétablissement total des contrôles aux frontières représenterait une perte de 10 à 15% de cette fréquentation. Les transporteurs seraient aussi largement impactés avec une perte économique estimée de 150 à 200 millions d’euros du fait de l’allongement du temps d’attente aux frontières. D’autres domaines seraient touchés et leur accumulation entrainerait de graves conséquences économiques qui provoqueraient des difficultés sociales sans précédent.

Mais ne nous y trompons pas, la remise en cause de Schengen, c’est aussi et surtout la remise en cause de nos valeurs. C’est notre liberté que nous sacrifions, et à travers elles les rencontres facilitées entre peuples européens. C’est l’utopie réalisée d’un espace unique où les frontières intérieures disparaissent au profit d’un destin commun qui pourrait être définitivement enterrée. Nous faisons constamment face à toutes formes de violence (terroriste, sociale, économique). La sécurité doit se construire en équilibre avec la liberté. Ce sont les bases d’une démocratie respectueuse des peuples et de chaque individu. C’est en garantissant les deux, que nous travaillerons à l’intérêt collectif.

Une crise des réfugiés insolubles dans les égoïsmes nationaux

A nos frontières, se déroule depuis plusieurs années une guerre qui a germée contre les partisans de la liberté et des droits de l’homme en Syrie, contre ceux qui ont échoués à imposer un régime démocratique dans leur pays, à ceux que nous n’avons pas su aider quand il en était encore temps. L’Union aurait dû, le cycle de violence entamée, prévoir l’afflux de nouveaux réfugiés. Les difficultés économiques de l’Afrique, dont le fruit des ressources ne sert toujours pas aux populations du continent entraîne aussi un exode, dans lequel nous avons aussi, pays européens, notre part de responsabilité. Mais plutôt que de préparer ces migrations, d’agir pour les contenir et les accompagner, l’Union a préféré fermer les yeux et attendre le pire. Et le pire, ce sont les réfugiés syriens qui s’entassent à nos frontières et dans des camps sans avenir, le pire ce sont ces milliers de naufragés morts en Méditerranée.

Mais face au pire, nous ne devons pas rester immobile et choisir la plus mauvaise des solutions. Nous savons que les réfugiés n’augmentent pas la dépense publique, mais apportent une plus-value pour les pays d’accueil si tant est qu’une véritable politique soit mise en place. Plutôt que d’édifier des murs dont les coûts sont extrêmement importants, de véritables politiques volontaristes d’accueil qui sont de véritables investissements d’avenir sont à mettre en place. En outre, le reniement de nos valeurs est total puisque les pays européens, et notamment la France oublie la convention de Genève obligeant l’accueil de toute personne contrainte de se déplacer pour échapper à des menaces graves et certaines.

L’Europe a choisi l’enfermement, l’abandon des réfugiés dans des camps de pays qui n’ont pas les moyens de les accueillir dignement. Nous pensons ainsi au camp d’Idomeni, situé dans le nord de la Grèce à la frontière avec la Macédoine. L’Union doit dans un premier temps garantir des conditions dignes pour accueillir les migrants. L’Europe, forte des 508 millions peut bien accueillir quelques millions de réfugiés qui n’avaient pas d’autres choix que de fuir leur pays.

Le 18 mars dernier, vingt Etats ont formalisé, à l’occasion d’un conseil « spécial migrants », un accord scandaleux avec la Turquie. Plutôt que d’assumer son rôle de terre refuge, les pays européens sous-traitent la gestion d’hommes et de femmes, suivant la logique « d’un Syrien admis, un syrien expulsé ». Plutôt que de verser trois milliards d’euros à la Turquie, nous aurions mieux fait de contrôler ces fonds en les utilisant sur notre territoire. Alors que la Commission et le Parlement européen ont proposé des solutions faisant appel à la solidarité des membres de l’U.E., ceux-ci ont refusé par égoïsme de prendre à la mesure de leur possibilité, la question migratoire. L’Europe des Etats-nations est un échec patent. Il est temps de passer à un nouveau modèle mieux intégré.

La fête des populismes nationalistes en terre démocratique

Et à cette crise de l’Europe intergouvernementale s’ajoute la frilosité des gouvernants face au populisme d’extrême-droite au pouvoir ou en risque de l’être. Face aux provocations qui remettent en cause les fondements de l’Europe, tels qu’ils sont inscrits dans nos traités fondateurs, l’Union européenne et ses autres Etats-membres restent bien timides. Certains membres, bien contents de pouvoir profiter des bienfaits économiques de l’Union européenne en oublie leurs obligations sur les libertés individuelles et les droits de l’homme. La vie collective suppose toujours des droits mais aussi des obligations, il est temps que les Etats-membres le comprennent. Si certains pays ne veulent s’y conformer, il faudra peut-être alors songer à une Union resserrée, en capacité d’avancer plus largement dans l’intégration des politiques nationales.

L’Union européenne se revendique comme le bastion des Droits de l’Homme, de la démocratie et de l’humanisme, mais elle n’arrive pas à agir à la hauteur de ses aspirations. Le nationalisme, l’angoisse de devoir partager ses richesses avec des plus infortunés que nous, la peur stimulée de «l’autre», tous ces éléments empêchent l’Europe à devenir ce qu’elle pourrait être : un espace de solidarité.

L’Europe c’est ce désir de plus d’humanisme et de plus de solidarité dans un but pacificateur du continent européen. Jean Monnet parlait de la nécessaire détermination dans l’accomplissement du projet européen. Où est passé notre souhait de faire l’Europe fédérale que Victor Hugo évoquait par l’expression les « Etats Unis d’Europe »?

Notre idéal est sans cesse éprouvé et la seule réponse viable que nous devons apporter c’est plus de libertés et plus de solidarité. L’unique réponse c’est l’Europe fédérale. Sans quoi, ce sont les populismes, les obscurantismes et les replis égoïstes qui gouverneront.

Morgane GOUDJIL, Kenza EL HADJ SAID, Yanis MALLION et Géraldine GUILPAIN
Jeunes Radicaux de Gauche standupforunion.eu

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *